Soutenance de HDR : Nicolas PEYROT

Monsieur Nicolas PEYROT , Maître de Conférences (section C.N.U. : 74), présentera ses travaux intitulés "Analyse biomécanique de la locomotion et implication des capacités musculaires dans la performance motrice" le  :

Jeudi 20 avril 2017
A partir de 15h00
Amphithéâtre 120D
Campus Sud



Composition du jury :

  • Madame Laurence CHEZE, Professeur, Université de Lyon 1
  • Madame Marie Paule GONTHIER, Professeur, Université de La Réunion
  • Monsieur Franck BARBIER, Professeur, Université de Valenciennes et du Hainaut Cambrésis
  • Monsieur Georges DALLEAU, Professeur, Université de La Réunion
  • Monsieur Jean-Benoit MORIN, Professeur, Université de Nice - Sophia Antipolis
  • Monsieur Pierre PORTERO, Professeur, Université de Paris Est


Résumé :

Nos recherches portent sur l'étude des déterminants biomécaniques de la performance motrice et sportive dans les domaines du sport et de la santé, et intègrent la biomécanique de la locomotion et la physiologie musculaire.

Lors de la marche, des perturbations liées à des facteurs endogènes (pathologies) ou exogènes (conditions de marche) génèrent des mécanismes d’adaptation permettant de minimiser la dépense d’énergie, de maintenir l’équilibre postural et de conserver un niveau d’effort dépendant des capacités physiques des personnes. Nous avons mis en évidence que la plus faible capacité de force relative des membres inférieurs des personnes obèses influençait la biomécanique et l’énergétique de la marche, mais aussi la gestion de la vitesse préférentielle, favorisant ainsi les comportements sédentaires au détriment de la pratique de la marche. La réalisation d’un entraînement en force dans le cadre d’un programme de prise en charge de l’obésité est ainsi indispensable afin d’améliorer l’économie de marche, de faciliter la pratique des activités physiques de la vie quotidienne, et en retour, de favoriser le maintien de la perte de poids à moyen et long terme. Des solutions ont ainsi pu être proposées afin de diminuer les perturbations induites par différentes pathologies ou conditions de marche, permettant d’améliorer la capacité de marche des personnes, et plus globalement, la prise en charge des patients.

Nos recherches en biomécanique de la locomotion se poursuivent également dans le domaine de la course à pied. Nos résultats ont permis de mettre en évidence le rôle prépondérant des capacités musculaires des membres inférieurs dans la technique de pose de pied et la gestion des impacts en course à pied. Ce résultat est particulièrement important, puisque nous avons également montré que les impacts plus élevés générés par les coureurs arrière-pied sont un facteur de risque des blessures musculosquelettiques par répétition au niveau de la jambe, et plus spécifiquement la périostite tibiale ou la tendinopathie d’Achille.

Nos travaux sur l’étude des capacités musculaires lors de mouvements explosifs ont également permis de mieux comprendre l’influence du profil force-vitesse dans la performance en sprint. Nous avons aussi contribué au développement d’une méthode simple d’évaluation des relations force-vitesse-puissance des membres inférieurs lors d’un sprint en course à pied dans des conditions de terrain. L’étude de l’influence des propriétés musculaires dans la performance lors de mouvements explosifs répétés nécessite cependant d’intégrer les qualités d’endurance de force des individus. Dans les perspectives, nous souhaitons dans un premier temps caractériser cette propriété musculaire d’endurance de force au regard des capacités musculaires de force-vitesse-puissance, puis dans un deuxième temps déterminer l’influence respective de ces différentes propriétés musculaires force-vitesse et vitesse-endurance de force dans la performance motrice. L’étude de l’implication des capacités musculaires dans la performance motrice est pour nous un point essentiel de nos futures recherches.



La soutenance est publique