Soutenance de thèse de Cathleen CYBÈLE

qui se déroulera

Jeudi 3 Mai 2018

A partir de 10h00

Amphithéâtre 120B

Université de La Réunion (Le Tampon)

 

 

Directeur de thèse : Dominique Strasberg                         

 

Composition du jury :

 

Bernard Reynaud       Professeur, Université de La Réunion                      Président

Juliet Fall                    Professeur, Université de Genève                             Rapporteuse

Christoph Küffer        Professeur, Université de Zürich                               Rapporteur

Brian van Wilgen       Professeur, Stellenbosch University                          Examinateur

Alexandre Aebi          Maître de conférences, Université de Neuchâtel      Examinateur

Frédéric Chiroleu       Chercheur, CIRAD, UMR PVBMT, La Réunion    Encadrant

 

 

Résumé

Les invasions biologiques font partie des changements globaux qui contribuent à la perte de biodiversité. Les plantes invasives peuvent aussi provoquer des pertes économiques, notamment d’importants coûts pour leur contrôle. Dans l'archipel des Mascareignes plusieurs programmes de gestion ont été mis en place pour contrôler les espèces invasives. La perception du public sur les espèces invasives varie fortement entre les parties prenantes. En raison d’opinions divergentes sur la gestion des invasions, les travaux de recherche et de mise en œuvre de programme de lutte ont récemment généré des conflits d'usage. Ce travail de thèse a permis de conduire une étude pluridisciplinaire sur les dimensions socio-écologiques et économiques de la gestion de Rubus alceifolius, objet d'un programme de contrôle biologique à l’île de La Réunion. Nous avons mené une analyse économique des différentes options de gestion de R. alceifolius et des coûts futurs de son invasion. Nous avons évalué l’impact de la lutte biologique sur le rétablissement des espèces indigènes dans une aire protégée. Le succès économique et écologique du programme de contrôle biologique de R. alceifolius a été démontré dans les habitats d'altitude < 800 m. Afin de comprendre la raison des conflits entre les parties prenantes nous avons parallèlement développé un travail de recherche socio-anthropologique. Nous avons pu mettre en évidence des faiblesses dans le processus de prise de décision et de mise en œuvre collective de ce programme de lutte. Ces travaux de thèse mettent en exergue le besoin crucial d’identifier et d’impliquer les parties prenantes à toutes les étapes du programme de contrôle biologique.

Summary

Biological invasions contribute to the degradation of biodiversity globally. Invasive alien plants have impacted on natural resources management and have generated substantial costs of control and economic loss. Various management options have been put in place to control the level of invasions of targeted species. The public’s perception of invasive species varies among stakeholders. Controversies and conflicts emerged as a consequence of diverging opinions on the management of invasions. We conducted an inter-disciplinary study on the socio-ecological and economic dimensions related to the management of the invasive Rubus alceifolius, following a biological control programme in Réunion Island (France). Firstly, we carried out an economic analysis of the management options for R. alceifolius with future scenario on the cost of invasion. Secondly we assessed the impact of the recovery of native species post biological control. Thirdly a socio-anthropological investigation to understand the rationale behind controversies amongst stakeholders, was investigated. Lastly, a gap-analysis of the policy framework corresponding to a biological control programme was conducted. We found that the biological control programme of R. alceifolius was successful within the elevation limit of 800 m, from both an economic and ecological perspective. Given the shortfall in the decision-making process and implementation, this study demonstrated the crucial need to identify and involve stakeholders in all stages of a biological control programme. We concluded with key recommendations for successful biological programmes.